4ème portrait de mon tour de France des Praticiennes en Psychopédagogie Positive, laissons la parole à la souriante Valérie Wilmet

 

Bonjour Valérie, tu es depuis peu certifiée en psychopédagogie Positive, peux-tu te présenter et nous raconter ton parcours

Valérie Wilmet Praticienne en psychopédagogie positive Paris 12

Opticienne depuis plus de 20 ans dont 10 à mon compte, je souhaitai apporter mon aide en général!!!! Bénévole dans une association d’adoption, je parraine depuis de nombreuses années des couples souhaitant adopter et des enfants déjà adoptés. Ainsi ma volonté de soutien était claire, il me fallait juste être légitime. Maman d’une ado de 13 ans. Mariée .Un chien de 4 ans. Passionnée par les voyages.

 

Pourquoi avoir fait le choix de devenir Psychopédagogue Positive?

La psychopédagogie regroupe pour moi tous les outils utiles : au développement de l’enfant, à l’accompagnement des ados et aux soutiens des jeunes et des adultes. C’est un métier «général» qui permet de m’interroger sans cesse sur mes pratiques et surtout d’organiser un réseau afin d’orienter mes patients vers des professionnels adaptés si cela ne rentre pas dans mes compétences.

 

Tu viens d’ouvrir ton cabinet de Psychopédagogie Positive à Paris, peux-tu nous en dire un peu plus?

Je souhaitais un lieu chaleureux et surtout coloré où je puisse pratiquer en toute sérénité. Seule, «pignon sur rue» dans le 12ème, près de mon domicile.

 

Peux-tu nous donner une définition du métier de praticienne en psychopédagogie positive?

La psychopédagogie pour moi c’est l’équivalent d’un généraliste. Face à moi je vais avoir une grosse pelote de laine bien emmêlée. Je vais d’abord l’observer puis tirer tout doucement le fil qui dépasse. Si le fil bloque vraiment j’oriente vers des spécialistes afin que l’objectif soit de n’avoir aucun nœud dans la pelote!!!

 

Avec ta double casquette de maman adoptante et de praticienne en psychopédagogie positive, peux-tu nous dire si la scolarité des enfants adoptés requiert une attention particulière ?

NON!!!!! Tout dépend de l’âge de l’enfant qui a été adopté et du pays de naissance. Si c’est un enfant qui arrive à 7ans de Russie bien sure qu’il aura des difficultés scolaires. Maintenant si l’enfant arrive dans sa famille à 3 mois (âge légale) il aura les mêmes difficultés que tous les autres enfants.

 

Pour le mot de la fin, dis-nous comment nous pouvons te contacter

tél: 07 66 80 19 60
email : valwilmetppp@gmail.com
Site : www.psychopedagogie-postive.paris

 

Merci Valérie

elit. vulputate, in tempus dolor. leo. lectus sem,